Nos conseillers vous répondent au
01 77 49 26 42
du lundi au vendredi
De 09h à 18h sans interruption

LA CONDENSATION | Définition

Condensation sur les vitres

La plupart des propriétaires pensent que les problèmes de condensation sur les vitres sont dus à une mauvaise isolation des fenêtres et pourtant, ce n’est pas la seule raison. Il s’agit en réalité d’un phénomène fréquent dans les maisons, qu’elles soient neuves ou anciennes.

En raison de son apparition souvent courante, les occupants d’un logement ont tendance à négliger les risques que la condensation sur les vitres représente. Seulement, étant généralement liée à un problème d’humidité dû à une mauvaise ventilation ou isolation, elle dégrade la solidité d’une maison et peut occasionner de graves problèmes de santé. En plus des conséquences sur la bâtisse et la santé, les condensations peuvent également engendrer des pertes économiques puisqu’une fois les structures de votre logement dégradées, vous devrez procéder à d’importantes réparations, voire une rénovation. Pour éviter ces désagréments, découvrez les principales causes des problèmes et les solutions de prévention ou de traitement de la condensation.

Qu’est-ce que la condensation au juste ?

Bien souvent, les pathologies touchant les maisons (moisissure, remontée capillaire…) sont causées par l’humidité et la mauvaise ventilation, il en est de même pour la condensation. Elle se manifeste généralement sous forme de buée sur les vitres des fenêtres, en particulier sur les bords puisque c’est la zone susceptible de faire rentrer l’air froid. Sa formation est généralement due à la rencontre de l’air humide intérieur ou extérieur avec les parois froides comme les vitres ou les murs. La vapeur contenue dans l’air forme alors une condensation sur ces parois.

Se produisant habituellement durant les saisons hivernale et estivale, le phénomène est surtout remarqué lorsque la différence de température entre l’intérieur et l’extérieur de la maison est importante, mais particulièrement quand la température est très élevée.

Il peut également arriver que l’humidité engendrée par la respiration, les tâches ménagères ou les bains favorise la condensation intérieure. C’est d’ailleurs pourquoi les pièces les plus touchées par le phénomène sont la cuisine et la salle de bain. Il en est de même pour les actions effectuées par l’homme générant de la chaleur et de la vapeur. À titre d’information, un foyer composé de 4 personnes produit 12 à 15 litres d’eau chaque jour. Cela permet d’avoir une idée sur l’étendue du phénomène.

Reconnaitre les premiers signes de la condensation

Si vous remarquez la présence régulière de buée sur les vitres, de signes d’humidité sur les murs ou encore des écoulements d’eau sur les parois intérieurs, il est temps de vous dire qu’il s’agit peut-être d’un problème de condensation et de contacter les professionnels pouvant vous aider à trouver une solution efficace afin de le résoudre.

Si vous constatez également de la moisissure sur les jointures de carrelage ou sur les poutres, il s’agit des premiers signes indiquant la présence de condensation dans votre logement. Vous devrez donc penser à changer l’isolation, réduire l’humidité et vous assurer que la valeur d’humidité dans votre maison soit adaptée à la température extérieure. Mais avant tout, il faut penser à contacter un professionnel afin qu’il réalise un diagnostic humidité ou un traitement de l’humidité.

Selon les spécialistes, une valeur de 22 % d’humidité devra être gardée à l’intérieur pour éviter les condensations, mais en hiver ou dans les zones de grands froids, une valeur de 30 % est recommandée. Étant donné qu’il est question de sécurité et de santé, vous devrez prendre au sérieux le problème de condensation.

Quels sont les facteurs engendrant la condensation ?

Puisque la condensation est occasionnée par une saturation d’humidité dans l’air, elle se forme souvent sur les ponts thermiques à savoir les vitrages, les murs au nord, les murs mal isolés ou les endroits mal aérés. La condensation provient donc essentiellement :

  • Du climat extérieur (doux et humide)
  • De la présence humaine
  • Des activités ménagères produisant de la vapeur : cuisson, lavage, douches…
  • Des plantes et animaux dans la maison
  • De l’humidité du logement : remontée capillaire, infiltration d’eau, dégât des eaux…

Lorsque les conditions climatiques sont déjà mauvaises, la condensation peut être accentuée considérablement par le manque de renouvellement de l’air ou le calfeutrement excessif.

Les véritables causes de la formation de condensation

Trois paramètres entrent en jeu dans la formation de condensation sur vos vitrages et murs :

  • La source d’humidité

Elle est occasionnée par les diverses tâches (arrosage de plante, combustion de gaz…), mais surtout par la présence humaine qui sature immédiatement l’air en humidité. Même si l’air contient une quantité limitée d’humidité (80 % à 20+C), elle ne suffit pas à favoriser la formation de condensation, contrairement aux actions humaines.

  • La mauvaise ventilation

Lorsque la ventilation est mauvaise, l’air a tendance à rester sur place et par conséquent l’humidité également. Une mauvaise aération ou ventilation d’une pièce entraîne donc une saturation en humidité de l’air puisque les vapeurs d’eau provenant de l’extérieur de la pièce y rentrent, sans avoir une porte de sortie. Elles s’accumulent ainsi en place et forment une condensation sur les parois froides présentes dans la pièce.

  • La surface froide

Pour que la vapeur d’eau en suspension dans l’air puisse se condenser, il lui faudra une surface froide. En cas d’excès d’humidité dans une pièce, les vapeurs se transforment en gouttes d’eau qui se déposeront plus tard sur les zones comme le carrelage, le coin des murs (côté nord) ou les vitrages simples (mal isolés). Le phénomène peut tout aussi bien se propager dans toute la maison lorsque la saturation en humidité est trop élevée, ce qui peut engendrer d’énormes dégâts.

Quels sont les différents types de condensation à connaitre ?

Il est à noter que la condensation ne se forme pas seulement à l’intérieur de la maison, mais aussi dans d’autres endroits. Il est donc important de connaitre les 3 types de condensations suivants :

— La condensation à l’extérieur qui n’est pas un danger pour le logement, mais seulement un signe que vos fenêtres sont bien isolées. En réalité, l’extérieur qui n’est pas chauffé reste froid. Ainsi, lorsque l’air se réchauffe, il se transforme en vapeur et vient se déposer sur les surfaces froides comme les vitrages. La condensation disparaîtra dès que les vitres seront à la même température que l’air extérieur.

— La condensation à l’intérieur des fenêtres est produite par les actions se déroulant dans la chambre, à l’exemple des condensations qui se forment lorsque vous prenez une douche. Elle ne représente pas réellement un problème puisqu’elle disparaît également lorsque la valeur d’humidité devient normale. Mais si elle persiste durant des heures, c’est le signe que la ventilation de la pièce n’est pas d’appoint.

— La condensation entre les vitres est la plus alarmante puisqu’elle révèle souvent un défaut d’isolation ou une fuite des fenêtres. Le phénomène devient plus grave encore lorsque la condensation se maintient après un certain temps. Si le problème n’est pas traité rapidement, l’humidité risque de dégrader à votre châssis.

Des risques considérables liés à la condensation

La condensation, tout comme les problèmes en lien avec l’humidité dans la maison, peut causer d’importants dégâts matériels, mais aussi provoquer des problèmes de santé chez les occupants du logement.

— Quels risques pour la maison ?

Lorsque la condensation dans la maison n’est pas correctement traitée, les conséquences qu’elle occasionnera pour la bâtisse peuvent s’avérer couteuses. Tout d’abord, le phénomène produit une sensation de froid continuelle dans les pièces ce qui est certainement la conséquence d’une mauvaise isolation. De ce fait, la maison peut difficilement être chauffée, entrainant ainsi une importante dépense en énergie. Ne vous étonnez pas de voir votre facture en chauffage augmenter rapidement.

La formation de condensation sur les vitrages et les murs peut également causer un ruissellement d’eau sur les fenêtres et autres supports froids. Cela peut créer un environnement favorable pour le développement de moisissures, de champignons et autres micro-organismes qui s’attaquent à vos parois. En plus d’occasionner un décollement des revêtements muraux (peinture, papier peint), ces moisissures sont également très toxiques pour la santé. Elles peuvent par ailleurs s’attaquer aux différentes structures de la maison comme les planchers ou les charpentes en bois.

La condensation peut aussi engendrer des problèmes relatifs à l’humidité comme :

— Le développement de la rouille

— Les fissurations des peintures et plâtres

— La déformation des boiseries (parquet, plinthes, mobiliers…)

— Les odeurs de moisi persistantes

— Le désaccord de certains instruments de musique.

— Quels risques pour la santé des résidents ?

La formation de condensation sur les vitres et murs représente un phénomène malsain puisqu’elle est à l’origine des moisissures et champignons. C’est d’ailleurs l’un des premiers dangers qu’elle représente pour la santé. Les moisissures, extrêmement toxiques pour l’Homme, peut causer des maladies comme :

— l’allergie rhinite et la conjonctivite allergique,

— les maux de tête,

— les problèmes respiratoires et digestifs,

— Les douleurs musculaires à la suite d’une infiltration dans l’organisme (crampes, douleurs aiguës…).

L’on constate également un développement favorable des acariens qui se traduit par des symptômes comme l’irritation du nez, de la gorge, de la peau et des yeux ou des problèmes plus graves comme les crises d’asthme. L’allergie aux acariens étant très répandue, les occupants du logement connaitront souvent des problèmes comme les éternuements (à l’entrée de la pièce), la toux ou encore les rhinites chroniques.

Les personnes âgées et les enfants sont les plus sensibles à la moisissure sur les murs ou les acariens logés dans les tapis, la literie ou les peluches. Le problème de condensation s’attaque directement à leur santé en accentuant les pathologies articulaires comme le rhumatisme, l’arthrite ou l’arthrose.

Notez par ailleurs que les moisissures vous exposent à des risques de réaction cutanée. Ainsi, à leur contact, vous pourrez contracter des staphylocoques qui sont les principales causes des irritations de la peau. Les mycotoxines et les spores des champignons sont également très nocives, rendant votre maison inhabitable sur le long terme.

Le diagnostic humidité pour un traitement contre la condensation efficace

En raison des nombreux risques et dangers que la condensation peut occasionner à la maison et sur la santé, il convient de faire appel à un professionnel pour régler le problème, dès les premiers signes. Avant de déterminer le traitement adapté pour résoudre le problème, le professionnel devra réaliser un diagnostic humidité ou thermo-hygromètre dans un premier temps. Ce dernier permettra de connaitre les valeurs thermodynamiques de la maison comme :

— La température de l’air

— Le taux d’humidité dans l’air

— Le point de rosée : température à laquelle les vapeurs d’eau se transforment en condensation sur une paroi

— La quantité d’eau dans l’air.

Dans un second temps, il réalise un état des lieux afin de confirmer la présence d’excès d’humidité. Par la suite, il vous proposera les traitements adaptés pour combattre le phénomène et s’assurer qu’il ne revienne plus.

Quels sont les différents traitements ?

Si la ventilation et l’humidité sont les causes les plus connues de la condensation, il faut toutefois noter qu’une mauvaise isolation ou une isolation déficiente peut également favoriser le phénomène. Les solutions proposées pour résoudre le problème devront donc se concentrer sur ces trois éléments.

— Évitez la condensation en mettant en place une ventilation performante

Pour éliminer les condensations de manière radicale, plusieurs solutions existent, mais la première est de veiller à installer une ventilation performante. Son rôle étant de s’assurer que l’air humide soit remplacé par l’air frais, votre problème disparaitra définitivement. La ventilation fait d’ailleurs l’objet d’une règlementation stricte mentionnant que l’air humide dans les salles de bain, cuisines et toilettes soit évacué pour faire rentrer l’air dit neuf dans les pièces comme le salon, les chambres ou le séjour.

L’essentiel est de comprendre que l’air humide n’est pas facile à réchauffer, ainsi une ventilation adaptée vous permettra de faire des économies sur la facture en chauffage. Selon les chiffres, vous pourrez faire une économie d’environ 30 % sur les dépenses en énergie. L’installation d’une VMI (ventilation mécanique par insufflation) ou d’une VMC (ventilation mécanique contrôlée) reste la meilleure solution pour profiter d’un système d’aération efficace.

— Mettez en place une centrale de déshumidification de l’air

Le saviez-vous ? Aérer l’intérieur de la maison avec un air non traité provenant de l’extérieur apporte une meilleure oxygénation, mais aussi un air moins humide. Il est donc préférable de laisser l’air extérieur remplir le logement pour profiter d’un taux d’humidité ambiant.

Une autre option conseillée par les spécialistes c’est aussi de mettre en place un dispositif de traitement de l’air grâce à une déshumidification de l’air de la maison. Vous pourrez ainsi obtenir un taux d’humidité correct et réduire les problèmes de condensation. Grâce à cette centrale, vous pourrez également maintenir une hygrométrie sans risque pour la bâtisse et la santé. L’idéal est de vous assurer que le pourcentage d’humidité soit à 50 % et la température à 20 °C de manière à garantir un confort thermique optimal à l’intérieur tout en conservant un bon état à la bâtisse.

— Optez pour des fenêtres isolantes

Afin d’optimiser l’isolation de vos fenêtres, il est crucial de choisir le bon matériau et le bon vitrage. Les simples vitrages étant peu isolants, si vous faites face à une formation de condensation, c’est certainement l’une des sources de vos problèmes. Il convient donc de les remplacer par des vitres doubles ou triples vitrages. Vous pouvez aussi mettre en place des panneaux vitrés sur les fenêtres pour éviter qu’elles soient froides.

Notez que les fenêtres en PVC sont connues pour leur propriété isolante alors, si vous cherchez la solution idéale pour vaincre les problèmes d’isolation, l’installation de fenêtres de ce type offrira un réel avantage. Le PVC est également un matériau non conducteur ce qui permet de limiter les condensations.

Les bonnes habitudes pour réduire l’humidité

Comme mentionnée souvent, l’humidité est en grande partie l’une des causes de la formation de condensation. C’est donc sur ce problème que vous devrez particulièrement vous concentrer pour éliminer définitivement la condensation des vitres et murs. Outre le contrôle de l’humidité en vous procurant un hydromètre sur le marché, il est également possible de changer certaines habitudes afin de réduire la production de vapeur d’eau à l’intérieur de la maison :

— Évacuez correctement la pièce lorsque vous cuisinez ou quand vous vous douchez

— Réduisez au minimum la durée des douches ou des bains moussants, surtout durant la saison hivernale

— Limitez les plantes et autres végétaux à l’intérieur puisque ces derniers produisent une importante quantité de vapeur d’eau

— N’entreposez pas les bois de chauffage à l’intérieur, même dans le sous-sol

— Ne fermez pas sans raison les rideaux ou stores puisqu’il faut laisser filtrer la lumière

— Évitez de fermer certaines portes intérieures pour laisser l’air circuler librement

— Ne créez pas de grandes variations de température de l’air ambiant.

Les solutions à connaitre pour contrôler l’humidité

D’autres solutions visant à optimiser la mécanique du bâtiment sont également envisageables pour réduire l’humidité. En plus d’être peu onéreuse, la mise en place de ces solutions vous permettra de contrôler l’environnement du logement :

— Installation d’une source de chaleur sur les fenêtres directement

— Optimisation de la circulation de l’air près des fenêtres

— Installation de ventilateur plafonnier ou sur pied pour les pièces les moins renfermées

— Pose de déshumidificateur

— Pose d’échangeur d’air

— Vérification de l’évacuation d’air de la sécheuse, elle devra être étanche et bien posée pour évacuer efficacement l’humidité à l’extérieur.

Résoudre les problèmes liés aux remontées capillaires

D’autres pathologies peuvent également être à l’origine de l’humidité, notamment les remontées capillaires. Si les condensations sont reliées directement à ces remontées d’humidité par les murs, vous devrez contacter un professionnel pour connaitre les solutions à envisager afin de résoudre le problème.

Notez que les remontées capillaires peuvent également dégrader considérablement la solidité du bâtiment. La recherche d’un traitement contre le phénomène s’avère donc indispensable. La plupart du temps, l’injection de barrières d’étanchéité dans les murs peut arrêter la progression de l’humidité.

Des techniques de prévention à connaitre pour les fenêtres

Aujourd’hui, grâce à l’évolution de la technologie et la recherche étendue des fabricants, il existe des techniques à même d’augmenter la résistance des fenêtres à la condensation :

— Le Low-E qui occasionne une faible émission est une couche métallique presque invisible permettant de réduire le transfert de chaleur. Cette dernière ne pénètrera donc pas dans la maison en été et limitera la déperdition de chaleur en hiver.

— Le gaz Argon est un gaz inerte que l’on peut introduire entre les doubles ou les triples vitrages. Comme l’argon est plus lourd que l’air, il conduit moins d’humidité et limite la pénétration d’humidité par les fenêtres.

— L’intercalaire est à insérer entre deux vitres afin de limiter les condensations au bas des fenêtres. Il peut également réduire la froideur sur les parois des fenêtres.

En dépit du fait que les vitrages avec un rendement énergétique élevé réduisent la formation de condensation, il faut noter que cette résistance ne change en rien le taux d’humidité dans la maison. Ces techniques servent donc généralement à prévenir les condensations et non les éliminer.

Le seul inconvénient de ces techniques de prévention réside dans le fait qu’elles vous empêchent de constater les premiers signes de condensation puisque leur formation se fera, dans ce cas-là, sur les autres parois froides de la maison : murs, carrelage, etc.

Contrôler l’humidité les jours les plus froids

Pour garder un taux d’humidité correct à l’intérieur de votre logement, vous pouvez vous procurer un hygromètre vous permettant de contrôler l’humidité constamment. Il est en effet indispensable de bien mesurer l’humidité et les problèmes de condensation, surtout durant l’hiver. Pour cela, vous devrez prendre en compte la température extérieure et le taux d’humidité recommandé :

— Température de -30 °C° : gardez le taux d’humidité à 15 % tout au plus

— Température allant de -29 à -25 °C : le taux d’humidité adapté est de 20 % au maximum

— Température de -24 à -18 °C : un taux d’humidité à 25 % est recommandé

— Température de -17 à -12 °C : un taux d’humidité à 30 % max est conseillé

— Température de -11 à -6 °C : gardez un taux d’humidité à 35 %

— Température allant de -5 à 0 °C : un taux d’humidité à 40 % est recommandé.

A PROPOS

Qui sommes nous?
Recrutement
Partenariat

NOUS TRAITONS

Humidité dans l’air
Moisissures
Infiltrations en sous sol
Remontées capillaires

NOUS CONTACTER

Agence MURSEC Ile de France
1401 avenue de la grande halle
78200 Buchelay

Standard : 01 77 49 26 42
Email : contact@mursec.fr

Nous vous répondons du lundi au vendredi
De 09h à 18h sans interruption 

Call Now Button